Exposition Juin 2018

Exposition Juin 2018

Peintures de Ludovic Isidore - Chimères

Sculptures de Cris Pereby

Du 1er au 30 Juin 2018

Entrée Libre

Né le 21 juin 1968
Mes ancêtres sont antillais, amérindiens, breton
Autodidacte,
vis et travaille à Uzès dans l’Atelier
une ancienne menuiserie,
un endroit où je me sens bien
j’ai un vieux fauteuil
je passe des vinyls: Fauré, Mingus, Lester… selon l’humeur
ça fait partie du boulot !
Les voyages aussi…j’explore, j’observe les mondes au gré des rencontres
mondes réels, invisibles, intérieurs, et reviens grandi, aimanté par cet atelier.
Je joue avec le sérieux d’un enfant
je navigue entre lavis traits coulures aplats
plusieurs techniques m’attirent, la gravure en est une
je privilégie souvent la spontanéité et les visions rugissantes

Ludovic Isidore
Peintre

Exposition Juillet 2018

Exposition Juillet 2018

Photographies d'Adrienne Arth - Gens dans le temps

Du 1er au 15 Juillet 2018 – 11h-13h / 16h-20h

Vernissage Mercredi 4 Juillet à 17h

Entrée Libre

Exposition Juillet 2018
Cliquez pour voir l'affiche

L’exposition Gens dans le temps réunit sous ce titre un ensemble de trois séries : Gens dans le temps, Singulier Anonyme et L’arrêt de bus qui travaillent toutes trois ce que j’appellerais un paysage humain. Des corps pris dans le décor, en action, attente, marche, immobilité. Dans une apparition/disparition. L’humain comme une trace, se diluant dans un espace.
Je travaille sur la sensation de corps dans leur volatilité. Cette condition humaine d’être là et de n’y être déjà plus.
Un entre deux entre présence et effacement, idée et image, réel et fiction. Où les corps ne sont que passage, ils vont partir, sortir du cadre, se fondre dans la foule. Où, on ne sait pas très bien ni quand les choses ont lieu.

Je photographie les corps et les visages tels que je les vois, et tels qu’ils sont déjà dans ma mémoire, d’où les transparences, les surimpressions qui rendent compte de la métamorphose continue des images en nous-mêmes et de nos propres métamorphoses.
Nous sommes une fiction volatile.

L’instant qui est fixé par l’objectif est déjà contaminé par la durée, d’où ces superpositions temporelles. Je travaille avec des fragments du réel, j’extrais l’image de son milieu naturel.
C’est une expérience du temps, de la trace, de la fragilité de l’instant.
Une expérience sensible de notre condition quotidienne, de notre mouvement quotidien de la chambre à la rue.

Mes photos sont une proposition, elles évoquent plus qu’elles ne décrivent. Elles invitent à partager une expérience sensible d’un regard, le mien.
C’est à partir de ma présence au monde que je photographie. Le réel est pour moi une source d’inspiration, de questionnement de l’image, de propositions, d’expérience personnelle, dont je rends compte depuis ma sensibilité.

Je mêle le vrai et le faux cherchant à créer une sensation. Une écriture photographique tactile, sensitive, intuitive, intime, un langage de suggestion.

Je produis des matériaux visuels, j’utilise des fragments de réalité dans une observation inconsciente, active et floue en même temps.
Je suis nourrie par l’œuvre de mes prédécesseurs, je m’inscris dans une continuité que je brise, transgresse, forme et déforme.

Mes photos sont des Paysages de cerveau.

Adrienne Arth
Photographe

En savoir plus sur l'artiste...

Adrienne Arth, photographe

Adrienne Arth expose depuis une dizaine d’années en France et à l’étranger que ce soit en galeries (galerie Samagra Paris, galerie Olivier Waltman Paris, DZD gallery Roermond Pays-Bas, galerie Gour-Beneforti Bastia, galerie La Ralentie Paris…), dans des salons ou des parcours artistiques.
En 2017, elle est lauréate du concours Eros, organisé par la galerie La Ralentie, Paris et reçoit le Prix du Jury.

Prochaines expositions :

Objectif Biot, 3 photographes A.Arth, D.Brihat, G.Pillon interprètent le village de Biot, Musée de Biot, du 24 mars au 9 juin 2018.
Exposition Galerie Artkhein, Paris design Center Bastille, 1 au 3 juin 2018.
Gens dans le temps, Musée-Galerie L’Atelier Gaston de Luppé 19, rue des Arènes Arles du 1 au 31 juillet 2018

Ouvrages publiés : Titan-Bonzaï et l’extrêmophile-de-la-langue, Textes C.Ber, photos A.Arth, Ed Les Lieux-Dits 2017, Paysages de cerveau, Textes C.Ber, photos A. Arth, Ed Fidel Anthelme X, 2015, Méditerranée, d’une terre l’autre, Ed de l’Amandier, 2007, Méditation de lieux, Ed de l’Amandier, 2010, Poètes dans la nature, commande du PNR ; Ed de l’Amandier, 2011, Le contre-annuaire, 11-13 Editions, dec 2012.

Adrienne ARTH est un des membres fondateurs de TRANSFIGURING, mouvement de photographie plasticienne http://www.transfiguring.net

Coordonnées
arthadrienne@orange.fr
http://www.adriennearth.com

Exposition Août 2018

Exposition Août 2018

Peintures de Ferenc Kohàn et Photographies de F.G Alonso

Du 1er au 31 Août 2018

Entrée Libre

Montagnes perdues dans les brumes, terre brûlée en ocre, feuilles jaunes dorées.
On est stupéfié comment la montagne s’impose-t-elle au regard attentif.
Une tumeur brusque, irrégulière, ondulante
Les lumières de l’après-midi deviennent le plus en plus douces, elles enveloppent les montagnes en les rendant mystérieusement amorphes.

Et le matin il recommence, ce spectacle des couleurs.
La lumière éclaire impitoyablement mon sujet…
Je travaille toujours sur papier.
Ma démarche artistique consiste à élever l’espace à la surface plane ce que je vois.

J’essaie à arriver à l’abstraction totale ou au moins arriver à un niveau d’où je pourrais continuer le lendemain.

Je choisis une technique conforme à enregistrer immédiatement mon intérêt.

J’aime le fusain et le papier par ce que c’est la présence qui m’est importante et non pas la technique élaborée.

Je voudrais éliminer totalement la technique mais au même temps je ne me considère pas un artiste gestuel.

L’expérience est primordial pour moi, mes peintures ne sont jamais les résultats des spéculations.
Travailler avec les couleurs me semble plus difficile, je cherche la couleur dominante dans une forme de base à un instant donné.

La couleur pour moi est un vrai défi par rapport au travail monochrome.
Je me sens souvent perdu dans cette activité car je cherche toujours la couleur suivante.

Travailler avec les couleurs c’est comme si quelqu’un me forcerait avec une arme derrière moi à démarrer et cette agression me paralyse à tel point que je dois arrêter le travail.

Dans ce cas-là je rentre aux mains vides.

Ferenc Kohàn
Peintre

En savoir plus sur l'artiste...

Ferenc Kohàn, peintre

Kohán Ferenc est né en 1967 à Budapest, en Hongrie, diplomé en 2000 en tant que professeur d’arts plastiques et visuels. Il expose depuis 1994. A la suite de longues années de silence son exposition intitulée  Arcs,arbres, pierres, cimetières a eu lieu en 2016 à Budapest.

«Ces deux dernières années, je me suis remis au travail avec beaucoup de force, des inspirations nouvelles sont venues, surtout en Arles, c’est là que j’ai recommencé à dessiner.»

Coordonnées
ferenckohan@gmail.com